LES FACTEURS DE PERFORMANCE

Que ce soit pour le golf ou pour toute autre discipline sportive, il y a, bien entendu, un tas de facteurs qui peuvent contribuer à influencer les performances. En ce qui concerne les golfeurs, certains de ces facteurs sont directement reliés à la personne, tandis que d'autres sont considérés comme étant « extérieurs ». Parmi ces derniers nous pouvons retrouver les caractéristiques du parcours, les conditions climatiques, les particularités du matériel utilisé, le ou les entraîneurs, le caddie, les partenaires de jeu, les spectateurs, la famille et bien d'autres. En ce qui a trait aux facteurs reliés à la personne, ils sont presque infinis et peuvent être subdivisés en 3 grandes catégories : PHYSIQUE, MENTAL et TECHNIQUE.

PHYSIQUE : Taille, dimension des segments, composition corporelle, propriétés musculaires, système nerveux central…

MENTAL : Concentration, visualisation, motivation, niveau de confiance, gestion du stress, analyse du terrain, stratégie de jeu…

TECHNIQUE : La prise du club, posture, alignement du corps et du club, position de la balle et tous les éléments relatifs à la dynamique du mouvement.

Le but ici n'est pas de faire une liste complète de tous les facteurs qui peuvent avoir une influence sur la performance, mais plutôt de réaliser qu'ils sont nombreux à jouer un rôle (plus ou moins important) sur les résultats produits. Soyez assurés qu'en ce moment, à travers le monde, il y a des spécialistes de tous les domaines qui font des recherches dans les universités, les laboratoires, les industries, sur le terrain ou encore tout autre endroit afin de tenter de repousser les limites actuelles.

Tout comme le dirait mon ami Dave, il ne serait pas très utile d'envoyer votre balle tout droit à plus de 300 yards, si vous vous retrouvez au départ d'un par 3 qui n'en mesure que 160. Tous les facteurs ont leur importance, même ceux qui peuvent sembler négligeables à première vue. Il serait cependant impossible d'attribuer un pourcentage de contribution exact pour chacun de ceux-ci, surtout qu'ils sont souvent reliés les uns aux autres d'une manière plutôt complexe. Enfin, les opinions peuvent être très partagées sur le sujet. Lorsque par exemple certains affirment que 90 % de la performance au golf provient de la partie mentale, j'estime opportun d'apporter certaines nuances. J'admettrais volontiers qu'un golfeur professionnel qui s'est entraîné plusieurs années afin de mettre en place un swing solide et répétitif, pourrait désormais jouer sans trop se soucier de l'exécution de son mouvement. Par contre, lorsque le temps serait venu d'analyser les facteurs de performance de ce golfeur, on ne pourrait faire abstraction du fait qu'il ait par le passé, justement mis tant d'efforts afin d'acquérir une technique aussi efficace.

Je ne pourrais également pas adhérer à la théorie qui dit que 90 % des fautes du swing proviennent de la position à l'adresse. Soyez-en certains, je reconnais les effets que cette dernière peut engendrer sur la suite des événements, et d'aucune façon je ne cherche à diminuer son importance. Par exemple, des épaules ouvertes à l'adresse (orientées à la gauche de la cible) auraient tendance à provoquer un swing « extérieur-intérieur ». Un grip fort (les mains tournées vers la droite) encouragerait une trajectoire de balle de droite vers la gauche. Par contre, je ne pourrais tout simplement pas me résoudre à minimiser l'importance du mouvement proprement dit. En principe, une certaine position à l'adresse, qu'elle soit bonne ou mauvaise, devrait coup après coup engendrer les mêmes conséquences (si le mouvement reste identique). Trop souvent j'ai pu observer des golfeurs débutants, qui, sensiblement à partir de la même position à l'adresse, possédaient pourtant un répertoire de trajectoires de balles incroyablement varié. Trop souvent j'ai pu observer de très bons joueurs, qui, sensiblement à partir de la même position à l'adresse, avaient pourtant pu produire des coups qui s'étaient logés aux antipodes. Même pour les golfeurs professionnels de 1er rang, si peu souvent soit-il, lorsqu'ils leur arrivent d'égarer une balle à droite ou à gauche, il est fort à parier que ce n'est pas simplement le résultat d'une mauvaise position à l'adresse et que le mouvement soit en cause. Bref, trop souvent j'ai fait des constatations qui m'ont poussé à conclure que la majorité des problèmes de swing des golfeurs se situait bien… dans le swing.

Les golfeurs professionnels de circuit possèdent tous un swing suffisamment performant, qui leur permet de frapper assez bien la balle pour pouvoir être compétitif à ce haut niveau. Plus précisément vous remarquerez que ces golfeurs effectuent tous une certaine rotation du corps tant au backswing qu'au downswing, qu'ils approchent tous la zone d'impact avec des poignets encore armés, et qu'aucun ne termine son mouvement tout en gardant son poids sur la jambe arrière. Par contre, ils n'utilisent pas tous une technique identique et inévitablement, certains disposent d'un meilleur swing que d'autres. Il est vrai que dans l'histoire du golf professionnel, les joueurs réputés pour avoir les meilleurs swings n'ont pas toujours été ceux qui ont remporté le plus de compétitions. Ceci démontre bien l'importance des autres facteurs de performance (particulièrement lorsque les niveaux techniques des compétiteurs sont comparables). Il est arrivé, par exemple, que le « meilleur homme » ait eu raison de la « meilleure technique ». Toutefois, il est évident que le « meilleur homme » serait encore plus redoutable, s'il possédait en même temps la « meilleure technique ».

Mes premières études universitaires en éducation physique incluaient une spécialité en conditionnement physique. Mes secondes me permettraient d'œuvrer en tant que psychologue du sport. Enfin, le seul métier que j'ai vraiment exercé a été d'enseigner le golf, et principalement la technique de jeu. Je serais très mal placé pour affirmer que certains facteurs méritent d'être négligés et je suis persuadé que tous les golfeurs pourraient arriver à améliorer leurs performances en s'appliquant à améliorer le côté physique, mental ou technique de leur jeu. Cependant, mes expériences dans le domaine m'ont convaincu que le problème majeur, qui généralement limite le plus la progression des golfeurs amateurs, se situe bien au niveau de la technique de jeu et plus précisément de la dynamique du mouvement. Un golfeur qui éprouve des difficultés avec ses frappes de balles pourrait sans aucun doute profiter d'un équipement plus adéquat, suivre un régime alimentaire approprié, exécuter des exercices physiques spécifiques, consulter un psychologue du sport et même corriger la position de sa prise du club. Mais tant et aussi longtemps qu'il approchera la zone d'impact avec des poignets qui sont déjà désarmés ou qu'il conservera tout autre faute majeure dans son swing, il ne fera qu'éviter d'affronter le véritable problème.

‌  Accueil - Biographie ‌  Facteurs de performance - Mental  - Physique  - Technique  ‌ 
 ‌  Livre  ‌  Témoignages  ‌   École de golf   ‌  Coordonnées ‌  Courriel  ‌

2011 © Copyright Maurice Duhamel  ‌  Conception Web Design Michel Morin